COSMECIL

© Man Ray Trust / ADAGP, Paris 2018

Le monde de l’art peut-il s’approprier les oeuvres commandées par les marques ?

Madame, pleurez au cinéma, pleurez au théâtre, riez aux larmes, sans crainte pour vos beaux yeux…

Cette phrase publicitaire ne vous dit probablement rien mais l’image qui l’accompagne, les larmes, est une oeuvre magistrale de Man Ray (1933) qui n’aurait pas vu le jour si une marque de mascara n’avait pas commandité cette photo.

Partant de cette réflexion, il est légitime de se poser la question de la frontière entre art et commercial lorsqu’il s’agit de commandes photographiques. La publicité peut-elle s’approprier les codes de l’art ou bien l’artiste doit-il se contraindre au cadre publicitaire ? De la fusion de ces deux éléments, peut-il naître des œuvres aussi iconiques qu’uniques ?

Paris Photo, lors de sa dernière édition, a décidé de soutenir cette réflexion, depuis longtemps au cœur des préoccupations d’Ooshot, à travers une conversation tenue par Christoph Wiesner, le directeur artistique de Paris Photo.

Thierry Maillet, co-fondateur et directeur général d’Ooshot, Florian Ebner, conservateur en chef du Centre Pompidou, Oliviero Toscani, photographe célèbre pour ses œuvres engagées et David Furst, International Picture Editor au New York Times, ont ainsi débattu avec ardeur sur ce sujet riche et encore méconnu.

Nous vous laissons découvrir la vidéo de la conversation qui démontre que le sujet est vaste et ne demande qu’à être approfondi.

VOIR LA CONVERSATION

Trio

Thierry Maillet